You are here:Actualités
21 Juil

Jougatti

Écrit par
Publié dans Brigitte Teman

Brigitte Téman, rend souvent hommage dans les titres de ses œuvres aux artistes qui ont défriché l’art contemporain animalier : une panthère Pomgatti, une autre Joudoz…

 

Rembrandt Bugatti, Paul Jouve, Marcel Sandoz, François Pompon... ces artistes ont marqué leur temps d’une empreinte si profonde qu’elle a influencé durablement les joailliers et la plupart des sculpteurs animaliers des années 30 jusqu’à nos jours.

 

Brigitte Téman qui joue du bestiaire révélé par ces Maîtres renoue avec cette tradition de l’animal fixé dans une attitude éphémère, parfois pittoresque mais toujours réaliste (Jouve et Sandoz). L’animal, joue, guète, est attentif (BT : Jougatti), ou s’apprête à porter la charge (BT : Taureau). L'animal est immobile et pourtant nerveux, vigoureux. Son être profond est révélé avec majesté tandis que la patine lisse tendue ramène l’animal à son essence, servie par la pureté du trait!

 

Ainsi la sculpture de Brigitte Téman est reconnaissable entre toutes : elle saisit en une ligne et une posture, la quintessence de chaque animal.

14 Juil

Se laisser captiver

Écrit par
Publié dans Dominique Emard

Les voies fluviales, les habitations, les routes, les ports… tout ce qui a trait à l’humanité dans son esprit de conquête de l’espace se trouve représenté sur une carte. Certains d’entre nous se passionnent pour ces images car elles sont captivantes.

 

A la différence d’une peinture traditionnelle qui exprime quelque chose (un nu, la beauté… un paysage, une atmosphère, une chaleur ; un animal, une présence la force ou la douceur…) les œuvres de Dominique Emard n’apporte rien de tout cela! étrange et déstabilisant constat. Car si les œuvres de Dominique Emard n’expriment pas ce que l’on attend d’une peinture, si elles ne rayonnent pas, elles véhiculent pourtant un sentiment tout aussi intéressant : l’imaginaire. Et de peinture rayonnante, expressive on passe à une peinture captivante, introspective. Les œuvres de Dominique Emard sont chargées de ténus détails qui amènent le spectateur à pénétrer l’œuvre, à la lire, la déchiffrer… et aussitôt il est captivé.

View the embedded image gallery online at:
http://harmattan-megeve.com/?online=316923#sigProGalleria180a66da88

Tout le caractère de la peinture de Marion SIX passe par la spontanéité de l’œuvre en même temps que son évanescence. A la fois pleine de force et de vigueur, et paradoxalement proche de l’universalité par l’onirisme qui s’en dégage. Ainsi la peinture de cette jeune artiste parvient à suspendre le temps autour d’un sujet qui rêve ou que l’on rêve.

En effet, sa large touche pleine de dextérité saisit un sentiment d’éphémère, quasi fantasmagorique. L’artiste parvient à peindre la délicate intimité de son sujet en le détachant de la réalité. Les contours incertains, les détails traités en nuances, les teintes très douces, et les regards (ou plutôt leur absence) contribuent à montrer le model comme dans un rêve.

Cette technique singulière ne dépeint plus un nu ou une scène, mais l’universel de ce nu et de cette scène.

09 Juil

Douceur gourmande

Écrit par
Publié dans Ménoche

Les sculptures de Ménoche sont empreintes d’une grande intelligence et d’une grande sensibilité. En les regardant on ne pense pas au travail phénoménal qu’il a fallu fournir pour les réaliser : le temps passé à assembler les pastilles d'acier, construire lentement chaque fruit, la quantité de soudures, le temps à poncer, lustrer et apporter la touche finale : la couleur par l'émaillage. Ainsi, c’est toute la poésie de l’artiste qui parvient à faire oublier les contraintes de l’acier pour ne plus laisser que la beauté, voire la fragilité de ces fruits ajourés. Mais plus que cela, plus que l’esthétique parfaite de ses sculptures, Ménoche les rend malignes par un détail qui pèse de tout son poids dans la réussite de son œuvre : la couleur. En effet que serait une cerise ou bien une poire sans ses couleurs. Au-delà du tour de force, ces pièces sont belles, poétiques, intelligentes, brillantes pourrait-on dire ! en tout cas, terriblement présentes et captivantes !

08 Juil

Des bonbons pour les yeux!

Écrit par
Publié dans Lise VURPILLOT

Acidulé comme l’été, comme des saveurs, comme la gaité des œuvres de Lise Vurpillot…

Parmi les dernières peintures de Lise quelques-unes sont encore plus enlevées et flamboyantes que d’habitude. Le Tigre Toulouse, et le Lion Flap sont parmi les œuvres les plus frappantes de l’artiste. Sa technique de peinture à la brosse aussi vive que lumineuse met en valeur l’animal au travers de couleurs irréalistes. Pourtant toute la fougue et la beauté des animaux n’en est qu’accrue. Faisant abstraction de l’irréalisme des couleurs, on ne peut qu’être surpris paradoxalement de l’étonnante justesse de ces tons. Plus expressionnistes que fauvistes, ces œuvres sont une véritable ode à la lumière et à la gaité. Pleine de présence, de modernité, elles sont bien plus que des représentations animalières : elles sont la vie !

Beaux Arts Magazine publie dans son numéro du mois d'août un extrait de l'article ci-dessous.

 

Je lis souvent dans les avant-propos des catalogues d’exposition que les galeristes sont fiers et heureux de chercher, promouvoir, défendre tel ou tel artiste. Et effectivement cela doit être la raison d’exister d’une galerie.

04 Juil

Marion SIX

Publié dans Peintres

Repérée au Grand Salon d'Art Abordable de 2014, cette jeune artiste de tout juste 25 ans a franchi une étape décisive dans la vie d'un artiste. En effet c'est lors de cette exposition qu'elle a été invitée à participer au "Salon des Artistes Français" au Grand Palais (Paris) à l'automne dernier. Fraichement médaillée de cette exposition, son talent est en pleine et fulgurante reconnaissance du public et de ses paires.

"A mon sens, peindre est plus qu'un moyen d'expression, c'est une force d'évasion et un accomplissement de soi qui ne saurait exister sans le regard des autres.

Daniel Castan offre cet été à la Galerie Harmattan à Megève une vision en camaïeu de ses villes : de superbes œuvres en dégradés de gris tout juste rehaussées de quelques touches de rouge ou de jaune, ou encore des visions pourpres de rues au crépuscule. Chacune de ces oeuvres, à la fois proches et opposées montrent toute la complexité de la peinture.

23 Jui

La peinture érogène

Écrit par
Publié dans Lisa G.

Jamais je n’aurais imaginé écrire cela à propos de tableaux… et pourtant cela devient une évidence : les œuvres de Lisa G. sont des surfaces érogènes. Elles sont du plaisir ! elles sont un plaisir raffiné, mesuré, profondément intellectualisé ! toutes en retenues et toutes en poussées. En retenue car rien n’y parait lorsqu’on regarde rapidement ses toiles sans chercher à les comprendre... elles apparaissent simplement belles ; et en poussée car dès que l’on se penche dessus, tout devient évident et bouscule notre raison.

19 Jui

Julie WALLOIS

Publié dans Peintres

Julie est une artiste complète, peintre, musicienne, danseuse. Elle a exprimé ses talents depuis son plus jeune âge. Mais c'est dans la peinture qu'elle se réalise pleinement. Elle y exprime son besoin de liberté, sa soif de vie, de mouvement par une sensibilité rare et un savoir-faire précis.

Ces deux peintres aux antipodes l’un de l’autre peignent le même sujet : l’urbain ! et qu’il s’agisse de New York de Venise, Tokyo ou San Francisco… Chaque peintre avec sa technique propre construit sa vision de la ville. Il y a la ville karstique, dynamique, celle qui déborde d’énergie, vue et peinte par Daniel Castan, le maître en la matière. Et il y a la ville de Dominique Emard : une ville figée, quasi une mappemonde urbaine ; si lointaine qu’elle semble abstraite.

Le verre, la terre, le feu, l’air… cela ressemble à une incantation d’alchimiste ! mais il n’en est rien, cela est avant tout les matériaux et techniques mis en œuvres pour obtenir de beaux rakus ! Et Brigitte Lombard sait de quoi elle parle avec ses dernières créations : geishas et samouraïs mais aussi les éléphants ou les Touaregs. Cette artiste travaille les drapées de la terre avec la même dextérité qu’elle traite le cuire rugueux des animaux…

18 Jui

Ménoche

Publié dans Sculpteurs

Ménoche est chaudronnier, c’est-à-dire qu’il manie l’acier, le soude le découpe le fait ployer, puis il le ponce le polie et le lustre... Mais bien au-delà de ce métier, Ménoche est un artiste qui met son savoir et sa technique au service de sa pensée et de sa poésie. Loin de l’urgence du marché et de la production d’œuvres en grande quantité, les sculptures que cet artiste présente sont toutes des pièces uniques, faites à la main diligemment et patiemment.

18 Jui

Dominique EMARD

Publié dans Peintres

Vu du Ciel

Les toiles « vu du ciel » de Dominique Emard sont élaborées à partir de photographies issues de satellites d'observation ou de webcams. Il a toujours porté un intérêt particulier à la géographie, les cartes et les atlas.

 

Voici une œuvre rarement vue de l’Artiste savoyard Livio Benedetti : « le Toro Bison ». Cette pièce toute en angles et en tensions caractérise le style le plus apprécié de l’artiste. Il émane du Toro Bison une force que l’artiste puise dans son histoire, dans ses passions artistiques et surtout peut-être dans les années 20 qu’il affectionnait.

Cette pièce dans sa patine bleue nuit renvoie plus encore à cette époque où les sensations prédominaient sur la stricte figuration. Car dans les années 20, les fauves sont digérés et donnent naissance aux abstraits (Kandinsky et le Blaue Reuter…), c’est aussi l’époque de la vitesse, des lignes de fuite que l’on retrouve chez les affichistes, dans le mobilier et dans le futurisme italien que Livio appréciait tant.

A l'occasion du Salon d'Art Contemporain de la Bastille à Paris du 30 avril au 4 mai, Lise Vurpillot pousse les murs pour présenter ses derniers grands formats : lions, tigres, girafes, éléphants mais aussi de nouveaux taureaux réhaussés à la feuille d'or...

L'artiste francomtoise sera biensûr présente sur le stand pour vous parler de sa technique, de son amour de la couleur et des animaux. Demandez-lui de ma part qu'elle vous offre le verre de l'amitié, quelque chose me dit qu'elle aura avec elle une bonne bouteille de vin du juras et du comté vieux.

 

Une nouvelle venue pour accompagner ce début de printemps.

Cette boule 861 est la dernière créée par l'artiste YaNn Perrier, une oeuvre de 35 cm de diamètre en épicéa teinté d'encre noire et réhaussé de bleu. Cette pièce plus bleutée que les précédentes, vient à point nommé pour remplacer les dernières oeuvres en mûrier et feuille d'or, les ceps de vigne aux teintes baroques... et les mondes des abîmes aux reflets argentés.

 

Page 1 sur 6