You are here:Actualités

Lise, par sa maîtrise de la couleur, sait rendre hommage au sujet. Les fauves, lions ou tigres, sont les animaux centraux du bestiaire de cette jeune peintre pontissalienne. Elle les représente souvent de manière frontale, profitant au mieux de leur fourrure pour jouer sur les couleurs. C'est d'ailleurs cet aspect qui attire le plus : des couleurs à la frontière de l'expressionisme contre balancées par des regards d'une étonnante construction et d'une parfaite limpidité. Mais loin de se cantonner aux fauves fauvistes, Lise explore ici la force brute d'autres animaux : les taureaux!

"Attendez de voir les femmes de Favre ! Imaginez des parois rocheuses.Voyez dans ces pics, de belles endormies. Mélangez ces lignes tendues à des masses rectangulaires qui seraient autant de genoux et de bras, de creux et de vides. Hanches, fesses, cous, épaules deviennent des repères où s'accrocher. Des zones critiques, des haltes, qu'il sculpte avec la maîtrise d'un grimpeur lancé dans une ascension sans cordée ... "
Texte tiré de "Pratique des Arts" écrit par : Arnaud Dimberton.

16 Aoû

défendre le beau...

Écrit par
Publié dans Actualité

défendre le beau passe par des biais qui échappent à beaucoup de monde. Et la fiscalité sur l'art fait partie de ces biais en garantissant un régime de retraite et de sécurité sociale aux artistes.

 

L'artiste est indissociable des diffuseurs d'art... que ce soit des marchants, des galeristes, des agents, des prescripteurs... des commissaires priseurs également. L'artiste pour être en lien avec son public a besoin de médiums.

13 Aoû

les lumières dans la ville

Écrit par
Publié dans Daniel CASTAN

Les lumières de Castan sont toujours superbes dans les clairs obscurs de ses oeuvres! Car si ses peintures sont parfois sombres c'est toujours pour mieux mettre en valeur des éclairages sobres, discrets et pourtant d'une présence et d'une insistance folles! les feux des voitures, ces seules touches de couleur dans un univers de noir et de blanc ou dans la pénombre d'un crépuscule, attrapent littéralement notre regard et créent l'équilibre dans l'oeuvre.

13 Aoû

le temps des cerises

Écrit par
Publié dans Ménoche

Il est un peu tard en plein mois d'aout pour parler du temps des cerises...

 

... mais lorsqu'il s'agit des oeuvres du sculpteur Ménoche il n'y a pas de saisons! Gaies, colorées, pleines de tempérament et à la fois très douces, les cerises en acier de cet artiste jurassien tranchent avec les modes et les époques. Classiques par le sujet, contemporaines par leur traitement, la lumière même qui les traverse ou qu'elles réfléchissent par leur surface... ces cerises ne laissent jamais indifférent.

D'une hauteur de 90cm, réalisées en acier inox avec un poli brossé à l'extérieur et peintes d'un rouge profond à l'intérieur, ces cerises marquent de leur présence l'espace qui les entoure.

13 Aoû

l'ours brun

Écrit par
Publié dans Meña

Les animaux de cette artiste basque fascinent par leur trait et leur mouvement. Qu'il s'agisse de taureaux, d'ours ou de vaches, chacun de ces animaux est représenté dans une attitude pleine de vie. Loin des portraits d'autres artistes Méña représente la vie : son trait est sûr, dynamique, plein de force et de vigueur, tandis que les larges aplats de couleurs, les papiers et tissus collés offrent de la texture au sujet.

 

Cet ours brun nous montre une autre facette du talent de Méña : celle d'user des supports inattendus comme ici l'aluminium. L'ours se détache ainsi d'un fond qui loin d'être uni (comme ce que laisse apparaitre la photo) est au contraire changeant en fonction de la lumière du jour.

 

21 Juil

Jougatti

Écrit par
Publié dans Brigitte Teman

Brigitte Téman, rend souvent hommage dans les titres de ses œuvres aux artistes qui ont défriché l’art contemporain animalier : une panthère Pomgatti, une autre Joudoz…

 

Rembrandt Bugatti, Paul Jouve, Marcel Sandoz, François Pompon... ces artistes ont marqué leur temps d’une empreinte si profonde qu’elle a influencé durablement les joailliers et la plupart des sculpteurs animaliers des années 30 jusqu’à nos jours.

14 Juil

Se laisser captiver

Écrit par
Publié dans Dominique Emard

Les voies fluviales, les habitations, les routes, les ports… tout ce qui a trait à l’humanité dans son esprit de conquête de l’espace se trouve représenté sur une carte. Certains d’entre nous se passionnent pour ces images car elles sont captivantes.

Tout le caractère de la peinture de Marion SIX passe par la spontanéité de l’œuvre en même temps que son évanescence. A la fois pleine de force et de vigueur, et paradoxalement proche de l’universalité par l’onirisme qui s’en dégage. Ainsi la peinture de cette jeune artiste parvient à suspendre le temps autour d’un sujet qui rêve ou que l’on rêve.

En effet, sa large touche pleine de dextérité saisit un sentiment d’éphémère, quasi fantasmagorique. L’artiste parvient à peindre la délicate intimité de son sujet en le détachant de la réalité. Les contours incertains, les détails traités en nuances, les teintes très douces, et les regards (ou plutôt leur absence) contribuent à montrer le model comme dans un rêve.

Cette technique singulière ne dépeint plus un nu ou une scène, mais l’universel de ce nu et de cette scène.

09 Juil

Douceur gourmande

Écrit par
Publié dans Ménoche

Les sculptures de Ménoche sont empreintes d’une grande intelligence et d’une grande sensibilité. En les regardant on ne pense pas au travail phénoménal qu’il a fallu fournir pour les réaliser : le temps passé à assembler les pastilles d'acier, construire lentement chaque fruit, la quantité de soudures, le temps à poncer, lustrer et apporter la touche finale : la couleur par l'émaillage. Ainsi, c’est toute la poésie de l’artiste qui parvient à faire oublier les contraintes de l’acier pour ne plus laisser que la beauté, voire la fragilité de ces fruits ajourés. Mais plus que cela, plus que l’esthétique parfaite de ses sculptures, Ménoche les rend malignes par un détail qui pèse de tout son poids dans la réussite de son œuvre : la couleur. En effet que serait une cerise ou bien une poire sans ses couleurs. Au-delà du tour de force, ces pièces sont belles, poétiques, intelligentes, brillantes pourrait-on dire ! en tout cas, terriblement présentes et captivantes !

08 Juil

Des bonbons pour les yeux!

Écrit par
Publié dans Lise VURPILLOT

Acidulé comme l’été, comme des saveurs, comme la gaité des œuvres de Lise Vurpillot…

Parmi les dernières peintures de Lise quelques-unes sont encore plus enlevées et flamboyantes que d’habitude. Le Tigre Toulouse, et le Lion Flap sont parmi les œuvres les plus frappantes de l’artiste. Sa technique de peinture à la brosse aussi vive que lumineuse met en valeur l’animal au travers de couleurs irréalistes. Pourtant toute la fougue et la beauté des animaux n’en est qu’accrue. Faisant abstraction de l’irréalisme des couleurs, on ne peut qu’être surpris paradoxalement de l’étonnante justesse de ces tons. Plus expressionnistes que fauvistes, ces œuvres sont une véritable ode à la lumière et à la gaité. Pleine de présence, de modernité, elles sont bien plus que des représentations animalières : elles sont la vie !

Beaux Arts Magazine publie dans son numéro du mois d'août un extrait de l'article ci-dessous.

 

Je lis souvent dans les avant-propos des catalogues d’exposition que les galeristes sont fiers et heureux de chercher, promouvoir, défendre tel ou tel artiste. Et effectivement cela doit être la raison d’exister d’une galerie.

04 Juil

Marion SIX

Publié dans Peintres

Repérée au Grand Salon d'Art Abordable de 2014, cette jeune artiste de tout juste 25 ans a franchi une étape décisive dans la vie d'un artiste. En effet c'est lors de cette exposition qu'elle a été invitée à participer au "Salon des Artistes Français" au Grand Palais (Paris) à l'automne dernier. Fraichement médaillée de cette exposition, son talent est en pleine et fulgurante reconnaissance du public et de ses paires.

"A mon sens, peindre est plus qu'un moyen d'expression, c'est une force d'évasion et un accomplissement de soi qui ne saurait exister sans le regard des autres.

Daniel Castan offre cet été à la Galerie Harmattan à Megève une vision en camaïeu de ses villes : de superbes œuvres en dégradés de gris tout juste rehaussées de quelques touches de rouge ou de jaune, ou encore des visions pourpres de rues au crépuscule. Chacune de ces oeuvres, à la fois proches et opposées montrent toute la complexité de la peinture.

23 Jui

La peinture érogène

Écrit par
Publié dans Lisa G.

Jamais je n’aurais imaginé écrire cela à propos de tableaux… et pourtant cela devient une évidence : les œuvres de Lisa G. sont des surfaces érogènes. Elles sont du plaisir ! elles sont un plaisir raffiné, mesuré, profondément intellectualisé ! toutes en retenues et toutes en poussées. En retenue car rien n’y parait lorsqu’on regarde rapidement ses toiles sans chercher à les comprendre... elles apparaissent simplement belles ; et en poussée car dès que l’on se penche dessus, tout devient évident et bouscule notre raison.

19 Jui

Julie WALLOIS

Publié dans Peintres

Julie est une artiste complète, peintre, musicienne, danseuse. Elle a exprimé ses talents depuis son plus jeune âge. Mais c'est dans la peinture qu'elle se réalise pleinement. Elle y exprime son besoin de liberté, sa soif de vie, de mouvement par une sensibilité rare et un savoir-faire précis.

Ces deux peintres aux antipodes l’un de l’autre peignent le même sujet : l’urbain ! et qu’il s’agisse de New York de Venise, Tokyo ou San Francisco… Chaque peintre avec sa technique propre construit sa vision de la ville. Il y a la ville karstique, dynamique, celle qui déborde d’énergie, vue et peinte par Daniel Castan, le maître en la matière. Et il y a la ville de Dominique Emard : une ville figée, quasi une mappemonde urbaine ; si lointaine qu’elle semble abstraite.

Page 1 sur 6